Introduction

« Le Bon Dieu m’a donné un père et une mère plus dignes du Ciel que de la terre » ( L.T.261)

A Louis et à Zélie Martin, à Marie, Pauline, Léonie, Hélène, Louis Joseph, Louis Jean Baptiste, Céline, Mélanie et sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face.

« Louis et Zélie Martin ont conçu dans leur jeunesse, l’ambition  de se donner tout à Dieu. C’est un culte qu’ils lui vouent, teinté d’une sorte de nostalgie. Le virginal prélude qui a inauguré leur union leur a donné de cet état, une compréhension qui touche à l’expérience personnelle. La chasteté parfaite reste l’objet de leur envie. N’ayant pu s’enchaîner eux-mêmes au service du Seigneur, ils aspirent à lui offrir toute leur postérité. » (R.P. Piat- Histoire d’une famille, p.293)

Louis et Zélie Martin béatifiés le 19 octobre 2008

Dieu d'éternel amour, vous nous donnez dans les Bienheureux époux Louis et Zélie Martin, un exemple de sainteté vécue dans le mariage. Ils ont gardé la foi et l'espérance' au milieu des devoirs et des difficultés de la vie. Ils ont élevé leurs enfants pour qu'ils deviennent des saints. Puissent leur prière et leur exemple soutenir les familles dans leur vie chrétienne et nous aider tous à marcher vers la sainteté. Si telle est votre volonté, daignez nous accorder la grâce que nous demandons maintenant à travers leur intercession, et les inscrire au nombre des saints de l'Eglise. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. © Office central de Lisieux

Retour Table des Matières

Presentation

Il est vrai, reprit Jésus, l’esprit du monde se glisse même au milieu des plus lointaines prairies, mais il est facile de se tromper dans le discernement des intentions, moi qui vois tout, qui connais les plus secrètes pensées, je te dis : le troupeau de ta bergère m’est cher entre tous, il ne m’a servi que d’instrument pour accomplir mon œuvre de sanctification dans l’âme de ta Mère chérie. » (sainte Thérèse, LT190 ; A Mère Marie de Gonzague)

Louis Martin (papa de sainte Thérèse) est né à Bordeaux le 22 août 1823. Passionné d’horlogerie il étudie à Rennes, puis à Strasbourg. Homme de foi et contemplatif, il pensera un temps au Sacerdoce en s’inscrivant à l’ermitage du Grand Saint Bernard. Mais cette voie ne sera pas celle que Dieu lui destinait.
Il repartira ainsi pour Paris afin d’y terminer ses études. Il s’installera comme horloger bijoutier à Alençon.

Zélie Guérin (maman de sainte Thérèse) est née le 30 décembre 1831. Elle était de santé fragile et d’une sensibilité très marquée. Elle fit des études chez les religieuses du Sacré Cœur et son âme était résolument tournée vers Dieu. Sa formation de dentellière (le point d’Alençon) ne parvint pas à la distraire de son désir d’entrer chez les sœurs de la Visitation au Mans.

La Providence allait faire rencontrer ces deux êtres en soif d’absolu.

Louis et Zélie se marièrent le 13 juillet 1858 à minuit à l’Eglise Notre Dame d’Alençon.
Ils auront 9 enfants dont 5 seulement survivront. Le dernier sera la future sainte Thérèse.
Toute la famille Martin est une famille laborieuse, attentive à son prochain, fidèle à la vie de l’Eglise.
Toute la famille priait avec une dévotion particulière Notre Dame des Victoires et Saint Joseph.
Zélie Martin après une longue et pénible maladie (cancer du sein), mourut le 28 août 1877.
Après sa mort Monsieur Martin quittera Alençon pour venir s’installer à Lisieux aux  Buissonnets avec ses cinq filles : Marie, Pauline, Céline, Léonie et Thérèse.
La salle d’attente du Ciel que sera les « Buissonnets » préparera les enfants Marie, Pauline, Céline et Thérèse pour le Carmel puis Léonie pour la Visitation.

Thérèse Martin a été proclamée Bienheureuse par le Pape Pie XI en 1923. Elle fut canonisée le 17 mai 1925 et devint sainte Thérèse de l’Enfant – Jésus. Aujourd’hui, avec sainte Thérèse d’Avila et sainte Catherine de Sienne, elle est Docteur de l’Eglise.

Louis et Zélie Martin sont déclarés Vénérables depuis le 26 mars 1994 et déclarés Bienheureux depuis le 19 octobre 2008.

N’hésitons pas à demander à la maman de sainte Thérèse d’intercéder pour nos souffrances physiques et au papa de sainte Thérèse d’intercéder pour nos souffrances psychologiques. Enfin les frères et sœurs de sainte Thérèse peuvent nous aider à prier pour l’Église et pour les prêtres en particulier.

Retour Table des Matières

Dans les références : (LM) : Louis Martin et (ZM) : Zélie Martin

Mystères Joyeux

 

« Comme Marie, bienheureuse parce qu’elle a entendu la parole de Dieu et l’a gardée. Son âme a gardé la vérité plus que son sein a gardé la chair.» (saint Augustin)

L’Annonciation

 

Elle enfantera un fils auquel tu donneras le nom de Jésus : car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. Mt. 1, 21

 

Marie voie d’enfance sacrée, Marie « oui » de l’Annonciation, tu nous montres l’abandon filial. Aujourd’hui avec la famille de sainte Thérèse nous prions le moment de l’Annonciation voie royale de l’enfance vers la grâce de Noël.

Les petits frères de sainte Thérèse ont été conçus dans un tel désir de chasteté et d’amour virginal qu’ils ne pouvaient, depuis le ciel, qu’intercéder pour la sainteté familiale. Oui, les lys fleurissent dans le ciel.

A l’image de Louis Martin, puissent les pères de la terre offrir à leurs enfants les trésors d’indulgence et de compassion que recèle le cœur du Seigneur.

La vie commune n’est pas toujours ce que nous avions imaginé. Saint Joseph l’avait expérimenté bien avant nous. A son école, nous comprendrons les messages angéliques qui peuvent nous parvenir. Il nous faut pour les entendre, expérimenter le silence.

Louis Joseph et Louis Jean Baptiste Martin préfigurent par leur entrée au ciel, la mission prophétique et sacerdotale de la famille Martin.

Le don gratuit est-il encore possible en ce monde d’illusions passagères ? Tournons-nous vers sainte Thérèse : « Les œuvres éclatantes me sont interdites. Je n’ai pas d’autre moyen pour prouver mon amour que de jeter des fleurs. »

Louer le Seigneur est une annonce devant les autres que Dieu est à la racine de tout et qu’il est possible de voir le monde avec les yeux de Dieu.

Parfois nous désespérons devant le manque de communication authentique de notre monde. C’est oublier la persévérance de Dieu qui accorde la croissance à notre insu : « Le bon Dieu fera pousser les fleurs et les fruits. » (ZM-C.F., L.203, p.398)

Il ne faut pas hésiter à placer la barre très haut et à s’attacher à l’entraînement du vainqueur : « Vous ne pourrez être un saint à moitié, il vous faudra l’être tout à fait ou pas du tout. » (Thérèse L.T. 247)

A l’école de sainte Thérèse, abandon et confiance en toute chose : « J’était cependant accablée de travail et de soucis de toute espèce, j’avais cette ferme confiance d’être soutenue d’en haut. » (ZM-C.F., L.65, p.114)

Retour Table des Matières

La Visitation

 

« Marie partit et se rendit en hâte vers le haut pays, dans une ville de Juda. Elle entra chez Zacharie et salua Elisabeth. Or, dès qu’Elisabeth eut entendu la salutation de Marie, l’enfant tressaillit dans son sein et Elisabeth fut remplie de l’esprit Saint.» Lc. 1, 38-41

 

L’engagement à deux dans le couple demande une compréhension de la charité fraternelle. « La charité fraternelle c’est tout sur la terre. On aime le bon Dieu dans la mesure où on la pratique.» (sainte Thérèse)

Qui peut courir comme un enfant devant un lever de soleil, un arc-en-ciel ?  Qui se rappelle que Dieu a posé sur nous une alliance éternelle ?

  Le sein maternel est espace de vie pour nous, il est essence filiale divine.  Honorons le sein maternel qui nous a portés.

Avec Marie Martin, consacrée à douze ans, apprenons à dire « oui » : « Restez dans votre mémoire reçue de Dieu et vivez en enfant de Dieu. »

« (La Vierge) Marie renouvelle alors ses vœux d’hostie et de servante, avec un amour plus grand, encore plus pur, plus excellent, plus admirable, qu’elle ne l’avait fait dans le temple sacré des entrailles de Sainte Anne ». (J.J. Olivier – La vie intérieure de la Vierge Marie, T1 page 131)

Zélie Martin s’est abandonnée à la grâce.  Qu’elle nous aide à accepter le bouleversement quand Dieu nous visite.

Ne soyez pas éblouis par les illusions de ce monde :  « Tout ce que je vois est splendide, mais c’est toujours une beauté terrestre et notre cœur n’est rassasié de rien tant qu’il ne voit pas la beauté infinie de Dieu. » (LM)

Sachons toujours retrouver le visage de l’Amour dans le visage de tout pauvre.

Que nos démarches de foi ne soient pas que des démarches pour nous-mêmes. Offrons-nous au travers de ces démarches : « Au moins si la Sainte Vierge ne me guérit pas, je la supplierai de guérir mon enfant, d’ouvrir son intelligence. » (ZM-C.F., L. 206, p. 403)

Quel bonheur quand un ami nous visite. Quelle compassion quand nous visitons un malade.

Retour Table des Matière

 

 

La Nativité

 

« Aujourd’hui dans la cité de David, un Sauveur vous est né qui est le Christ Seigneur.» Lc.2, 11

 

 

Par leur don offert à travers la paternité et la maternité, dans l’abandon total à la puissance maternelle de la Vierge Marie et la paternité adoptive de saint Joseph, Monsieur et Madame Martin ont participé à la création d’une institution familiale, la mission pour la famille.

La famille construite sur terre doit s’inspirer de la famille intemporelle, c’est-à-dire que au-delà des convictions personnelles d’un père ou d’une mère, il faut rechercher en toute chose une relation personnelle et de couple avec Dieu.

Que représente l’espace temps pour l’homme puisque Louis Martin a réalisé ses souhaits de début de vie au terme de son existence !

Pour les époux Martin, leurs désirs de jeunesse, la vie en Dieu et la contemplation, se sont retrouvés dans la maladie et l’holocauste d’amour.

Ils sont proches de la Sainte Famille ces époux qui s’offrent à l’Amour consumant et à l’Eglise.

Quand les parents désirent l’enfant, ils visitent leur royaume intérieur, le royaume des liens avec le ciel.

A chaque grossesse, Zélie Martin désirait la consécration pour ses enfants conçus dans l’amour conjugal. A chaque fois, elle renouvelait ses propres vœux de baptême se souvenant ainsi du don de Dieu à travers le oui conjugal.

Louis et Zélie Martin nous aident à comprendre que si nous avons tous une vocation, elle n’est pas la même pour tous.

« Quand nous avons eu nos enfants, nous ne vivions plus que pour eux ; c’était tout notre bonheur et nous ne l’avons jamais trouvé qu’en eux. Pour moi c’était la plus grande consolation, aussi je désirais en avoir beaucoup afin de les élever pour le Ciel. » (LM-CF, lettre 192, p.367)

Bénissez la vie !:« Ne rendez pas le mal pour le mal, ou l’insulte pour l’insulte ; au contraire, bénissez car c’est à tout cela que vous avez été appelés, afin d’hériter la bénédiction. » (1P, 3,9)

Retour Table des Matières

 

La Présentation de Jésus au Temple

 

« …quand les parents apportèrent l’Enfant Jésus,… Siméon le reçut dans ses bras. » Lc.2, 27-28

 

 

« C’est en vous approchant de lui, pierre vivante, rejetée par les hommes mais choisie et précieuse devant Dieu que vous aussi, comme des pierres vivantes, vous êtes édifiés en maison spirituelle sacerdotale pour constituer une sainte  une sainte communauté sacerdotale, pour offrir des sacrifices spirituels à Dieu par Jésus Christ. » (P. 1, 22)

« Quelle est belle la chaste génération de parents qui s’unissent dans l’unique but d’offrir au Seigneur des enfants vierges, mais quelle est belle et bien plus nombreuse encore la génération d’une âme qui s’unit à Jésus, l’époux des vierges. » (sainte Thérèse, poésie, tome 2)

Dans la famille Martin, nous retrouvons la dimension sponsale de choix paternel, maternel et fraternel. Les parents ont offert les fruits du mariage en consacrant leurs enfants. Ils ont offert quatre fruits en mission céleste et cinq plaies en sacrifices : « J’ai décidé de la prendre comme Epouse, je suis devenu amoureux de sa beauté. » (S.8, 2)

L’obsession de toujours plaire à Dieu s’appelle confiance en la Divine Volonté.  Elle ne relève pas du pathologique.

Louis et Zélie Martin nous enseignent la patience. En effet, sans émoi excessif, sans rigueur, ils ont vécu de l’humilité et de la délicatesse de l’action divine sanctifiante et mystérieuse.

La démarche de l’offrande est un acte de faire mémoire. Celui du moment même de la conception pour chaque enfant conçu.  Faisons donc mémoire de notre présence filiale au Père lors de toute création.

Quel bonheur d’être reconnu par celui qui nous aime.  Oeuvrons pour que nos enfants soient reconnus comme enfants de lumière : « Seigneur Jésus Christ, fais de ces jeunes le nouveau peuple des béatitudes pour qu’ils soient le sel de la terre et la lumière du monde . . . » (JP II prière pour les jeunes)

Toute famille est un corps, tout père un berger. Louis Martin a conduit ses petits dans l’obéissance : « Sois sans crainte petit troupeau, votre Père vous donnera le Royaume. » (Lc, 12,32).

Je me présente devant Dieu en lui disant que les idoles du monde d’aujourd’hui ne sont pas faites pour moi et qu’elles peuvent être des indicateurs de danger permanent.

Le sein maternel est une grotte divine où se passent les échanges amoureux entre Dieu et sa créature. Que les jeunes célèbrent la vie.

Retour Table des Matières

 

 

Le recouvrement au temple - la vie cachée à Nazareth

 

« Il redescendit alors avec eux à Nazareth, et il leur était soumis. » Lc. 2, 51

 

 

« Dieu n’a ouvert qu’une voie pour conduire tous les hommes au bonheur qu’Il leur destine. C’est celle des contradictions et des croix. Elle est pour les princes comme pour les bergers et la foi nous apprend qu’il n’en exempte personne. » (LM)

Avec sainte Bernadette, à genoux, le chapelet à la main, jusqu’à l’extrémité de sa vie, Zélie Martin a espéré et offert.

Depuis la chambre d’Alençon, Louis et Zélie Martin sont devenus des missionnaires de l’amour fraternel pour le monde.  Se remettant aux œuvres de Dieu, ils sont devenus vénérables.

Ne désirons que l’amour vrai. Sainte Thérèse désirait le monde et pratiquer toutes les professions. Aujourd’hui, elle est Docteur de l’Eglise, Patronne des Missions depuis sa cellule du Carmel. Merci à Louis et à Zélie Martin de n’avoir désiré que la vie cachée pour leurs enfants.

En s’oubliant, Zélie Martin se plaçait dans une dynamique amoureuse. Son élan vers les autres transformait son quotidien en une dynamique de vie.

Quand Louis Martin crée depuis son atelier, quand son épouse crée depuis son sein, ils réalisent le plan caché de Dieu : « Jésus n’a pas besoin de nos œuvres, mais uniquement de notre amour. » (Rm. 8,28).

Louis et Zélie Martin ont été de bons maîtres d’école pour leur famille. Ils ont enseigné l’essentiel. Sainte Thérèse a ainsi reconnu que la plus grande des choses que le Père avait faite pour elle avait été de lui montrer sa petitesse.

A l’école de la Sainte Famille, Louis et Zélie Martin réussissent les épreuves.  Ils possèdent en eux les éléments pour composer leur futur institut familial. Par la pratique de la présence de Dieu, ils ouvrent une école de prière.

Le secret des cœurs est noble. Le secret de la chambre familiale est noble. Le secret de l’enseignement des parents qui placent Dieu avant toute chose est providence.

Elevons des autels dans nos églises familiales. Posons-y des fleurs et courrons à leurs parfums : « J’irai encore trouver la Sainte Vierge de grand matin, je veux être la première arrivée. » (ZM- C.F., L. 147, P.262)

Retour Table des Matières

 

 

Mystères Douloureux

 

 

«Longtemps je me suis demandé, écrit sainte Thérèse, pourquoi les âmes ne recevaient pas toutes la même mesure de grâce…Jésus a daigné m’instruire de ce mystère. Il a mis devant mes yeux le livre de la nature et j’ai compris que toutes les fleurs crées par Lui sont belles…que, si les toutes petites fleurs voulaient être des roses, la nature perdrait sa parure printanière…Ainsi, en est-il du monde des âmes, ce jardin vivant du Seigneur. » (sainte Thérèse, H.A., ch. I, p.4-5)

 

 

L’Agonie de Jésus

« En proie à la détresse, il priait de façon plus forte et sa sueur devint comme de grosses gouttes de sang qui tombaient à terre. » Lc.22, 44

 

 

Louis et Zélie Martin aux neuf plaies de la fécondation, vous nous avez donné sainte Thérèse de la Sainte Face pour vivre la passion des familles d’aujourd’hui.

A la recherche de toute beauté sur la terre et dans vos créations, Louis et Zélie Martin vous avez eu la souffrance comme compagne de route et vous vous êtes assis à son école. Car vous vouliez réussir, vous désiriez vous offrir aux autres et par là permettre à tous d’exister dans votre oubli de vous-mêmes.

Pensons que la mission des parents de sainte Thérèse s’est ancrée dans le mystère de la contemplation de la Sainte Face (notamment par sainte Thérèse qui en porta le nom et Céline qui la peignit).

En perdant quatre enfants, Louis et Zélie Martin comprirent la beauté de la robe de l’Innocence. Demandons à l’Esprit Saint de nous rendre suffisamment humbles pour la revêtir.

Les évènements de la vie qui nous atteignent ne relèvent pas du hasard. Le fil d’or qui relie nos actions confirme ce que sainte Thérèse disait : « Dieu n’afflige que ceux qu’il aime. »

Le sacrifice de nous-mêmes ne relève pas du dolorisme ni du masochisme. Il est d’inspiration divine, essence fructifiante de l’Esprit Saint.

Ne craignons pas de contempler la Sainte Face. Elle est si belle de l’Amour de Dieu.

La maladie nous encercle parfois pour nous éloigner du sens salvateur de l’épreuve. Parfois vieillard à la fin de la vie nous redevenons des enfants. Puissions-nous garder pour chaque jour, la vertu de l’enfance.

Le Seigneur attend de nous que nous vivions de la Divine Volonté : « Le mieux est de remettre toute chose entre les mains du bon Dieu et d’attendre les évènements dans le calme et l’abandon à sa volonté. » (ZM- C.F., L. 45, p. 76)

Si la terre nous semble en agonie aujourd’hui, n’est elle pas le reflet de notre propre agonie, celle d’avoir oublié Dieu ?

Retour Table des Matières

 

 

 

Le Couronnement d’épines

 

« Puis, les soldats, tressant une couronne avec des épines, la lui mirent sur la tête. » Jn.19, 2

 

 

La famille de sainte Thérèse a tendu vers la perfection dans l’amour. Prions pour que leur humilité dans la souffrance nous enseigne le chemin de la sainteté.

Tant de routes, tant de pèlerinages ont buriné l’espérance de Louis et de Zélie Martin. Tant de chemins !« C’est pourquoi je vais fermer son chemin avec des épines. » (Osée 2,18)

Louis et Zélie Martin sont des témoins authentiques du chemin de sainteté pour les familles d’aujourd’hui. 

La famille possède son royaume intérieur. Celui-ci peut devenir visible. Louis Martin ne fut-il pas roi pour sa petite reine Thérèse ?

Au-delà de la perte de quatre enfants, Zélie Martin offre cinq enfants à la vie contemplative.  Voici le règne de l’hostie de vie portée dans le sein de la mère.

Paraître, séduire, exister à travers les images diffusées, est-ce cela l’identité première de notre cœur ? Ne sommes-nous pas nus à la naissance comme à la mort ?

Accepter les souffrances, c’est comme disparaître. S’effacer pour le bien du monde est un sacrifice qui permet de produire du fruit pour la rédemption.

Louis et Zélie Martin ont connu la maladie physique et la souffrance psychologique. Ils se sont déposés en victimes de l’amour. Dans leur espérance ils nous disent que le plus important est la santé de l’âme.

Supportons les épreuves pour mieux les offrir : « Mes pauvres enfants, nous sommes aussi fragiles que les fleurs des arbres ; au soir nous avons comme elles un aspect magnifique et le matin, une heure de gelée nous a flétris et abattus. » (LM)

Quel abaissement que celui de la fonction de malade quand nous dépendons de tout et de chacun : « J’avais été habitué à commander et je me vois réduit à obéir, c’est dur. Mais je sais pourquoi le Bon Dieu m’a donné cette épreuve : je n’avais jamais eu d’humiliation de ma vie, il m’en fallait une ! » (LM)

Retour Table des Matières

 

 

Le Portement de la Croix

 

« Ils mirent la main sur un certain Simon de Cyrène qui revenait des champs et le chargèrent de la Croix pour la porter derrière Jésus. » Lc. 23,26

 

 

« La maladie est une grâce adorable, une incomparable richesse. Ah !que la grâce de la souffrance révèle de beautés, apprend de grandes choses ! » (Marthe Robin)

Louis et Zélie Martin ont tout partagé pour faire plaisir au Bon Dieu : « Tout ce que j’ai fait, je l’ai fait pour faire plaisir au Bon Dieu, pour lui sauver des âmes. » (sainte Thérèse, Novissima Verba, 30 juillet).

Zélie Martin a toujours été active, que ce soit en réalisant les plus belles dentelles, le repas pour les pauvres, son métier de mère, assise au labeur. Elle vécu son métier de Marthe. 

Au bout de son infirmité physique, Zélie Martin répondit à sainte Bernadette qui « faisait son emploi de malade ». Toute action offerte fait ainsi partie du plan de Dieu. 

Après les temps de désert et le poids des fardeaux, nous ne pouvons jamais être surpris que par Dieu : « Lorsque vous vous croirez perdus, vous vous lèverez brillants comme l’étoile du matin. » (Job 11-17)

La communion fraternelle soulage du fardeau de la solitude.

Que ce soit dans la maladie physique ou mentale, il est un temps où nous pouvons être, devenir, témoins ou apôtres pour les autres.

Là où je me tiens, le Seigneur Est. Chaque épreuve doit nous servir à renforcer notre sens du réel et de l’espérance.

Dans certaines épreuves, certains langages peuvent choquer. Mais pour une âme unie à Dieu, la Croix n’est pas une fin en soi mais bien l’aurore d’un nouveau matin : « Je saluerai la mort avec joie, comme on salue la douce et pure aurore d’un beau jour. » (ZM- C.F., L. 20, P. 43)

Compassion ! Mot de l’harmonie pour le cœur de l’homme. Combien nous participons au plan de Dieu en aimant notre prochain ! « Le bon Dieu en bon père, n’en donne jamais à ses créatures plus qu’elles n’en peuvent porter. » (ZM- C.F., L.34, p. 62)

Retour Table des Matières

 

 

 

Le Crucifiement

 

« Quand Jésus eut pris le vinaigre, il dit : « Tout est achevé ». Il baissa la tête et remit son esprit.» Jn.19, 30

 

« De toutes les formes d’apostolat, apostolat des œuvres, apostolat de la prière, apostolat de l’exemple, apostolat de la souffrance, rien ne vaut le dernier et la prière comme les œuvres n’acquièrent leur fécondité que par le sacrifice. » (Marthe Robin)

« Je veux revenir à mon premier mari car j’étais plus heureuse autrefois qu’aujourd’hui…C’est pourquoi je vais la séduire, la conduirai au désert et parlerai à son cœur. » (Osée 2-16)

Zélie Martin a choisi le sacrifice par la douleur, debout dans la foi et dans sa charité par les bras de la Vierge Marie et son époux a choisi le sacrifice de l’offrande debout dans la paternité pour le Père.

L’offrande de chaque enfant en brebis sacrifiée élève notre amour de la croix.

Jésus donne à certains le désir de démarches exceptionnelles. Louis et Zélie Martin se sont trouvés dans la communion spirituelle et ils se sont liés d’humilité pour que s’élèvent dans leur passion Jésus et Marie.

Faire mémoire du Père dans notre pauvreté et notre abandon à la grâce.

Dans les Saints Cœurs de Jésus et de Marie, Louis et Zélie Martin ont compris le sens du martyr de cœur. 

Comme sainte Bernadette, Zélie Martin a espéré.  Elle connaissait la phrase de la Vierge Marie à Lourdes : « Je ne vous promets par d’être heureuse en ce monde, mais dans l’autre. »

Il faut voir au-delà des yeux du corps, il faut découvrir l’éternelle beauté loin de toute illusion, de toute déception. Louis et Zélie Martin ont d’abord aimé avec le cœur.

Père, quand l’heure de la mort nous enlève ceux que nous aimons, que ceux qui partent comme ceux qui restent soient soumis à votre volonté.

Retour Table des Matières

 

La mort de Jésus

 

Ils regarderont celui qu’ils ont transpercé

♥ Jésus ne peut sauver le monde si nous ne lui demandons pas de tout notre cœur et de toute notre foi
♥ Jésus, fils de Dieu, prends pitié de moi, pauvre pêcheur !
♥ Combien de temps encore, continuerons-nous à crucifier l’innocence et le monde par nos aveuglements ?
♥ Jésus nous appelle à revenir au rang pour lequel nous avons été crées
♥ Il faut que je comprenne que toute mort subie soit une vie offerte à toutes les âmes
♥ Il faut que nous nous faisions une conscience active des évènements qui nous bouleversent
♥ La nature est en agonie, comme Jésus, devant nos guerres et nos querelles, devant nos impossibilités à faire la paix et à renoncer à l’inutile
♥ Nous devons faire en sorte que notre faculté de penser alimente la Volonté Divine
♥ L’Eau et le Sang. Merci Seigneur pour le don de l’Eucharistie !
♥ Sauvons ce qui nous reste de mémoire sacrée avant qu’il ne soit trop tard !

 

 

Mystères Lumineux

 

 

« La véritable sainteté consiste à suivre parfaitement la divine Volonté et à ne servir que Dieu seul, et à la servir et à l’aimer pour amour de lui-même, comme s’il n’y avait ni paradis ni enfer. » (sœur Marie des Vallées)

 

 Le Baptême de Jésus au Jourdain

 

« Et voici que les cieux s’ouvrirent : il vit l’Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. » Mt. 3, 16

 

Nous sommes tous appelés à la sainteté, à la sanctification de notre vie quotidienne à laquelle chacun doit s’efforcer selon son état. Puisse la famille de sainte Thérèse proposer un chemin accessible pour tous.

Faut-il vraiment chercher à se grandir ? Préférons grandir tout simplement avec l’aide la main de Dieu qui peut nous élever.

Il ne suffit pas de se regarder, il faut agir ensemble. Il ne suffit pas de demeurer en spectateurs, il faut franchir le pas, passer par la porte étroite.

Dieu nous parle à travers ses œuvres. Louis Martin a compris le don de la vie près le baptême de son premier enfant : « C’est la première fois, (vicaire), que vous me voyez pour un baptême. Ce ne sera pas la dernière. »

Louis et Zélie Martin savaient que les petits enfants possèdent un grand pouvoir devant le trône de Dieu car les âmes des petits enfants sont particulièrement aimées de Dieu.

Espérons le baptême pour nos enfants comme pour le monde, un baptême d’eau et de feu : « Je demande au bon Dieu qu’il ne meure pas sans baptême, que j’aie au moins la consolation d’avoir trois anges au ciel. » (ZM- C.F., L.42, P. 71)

La dépression peut se poser sur nous comme un manteau noir. Mais nos conversations avec Dieu peuvent ouvrir des fenêtres : « Enfin, je ne vois pas les affaires en noir, c’est une grâce que le bon Dieu me fait. » (ZM)

Malgré tous nos efforts, souvent rien ne change en nos vies. Il nous faut alors avancer plus loin encore en eau plus profonde, accepter de marcher sur les eaux d’une foi toujours plus forte.

Si parfois nous n’avons pas la force et l’énergie pour réaliser une action, faisons-la par amour tout simplement.

Il existe tant de formes de baptême dans nos sociétés. Comment notre intellect peut-il comprendre l’action de l’onction divine ? Abandonnons-nous simplement avec sainte Thérèse : « Tout est grâce. »

Retour Table des Matières

 

 

Les Noces de Cana

 

« Sa mère dit aux servants : tout ce qu’il vous dira, faites-le. » Jn.2, 5

 

 

Le temps comme la beauté constituent des éléments de base dans la rencontre terrestre de deux personnes. Puissent les époux qui se reçoivent de Dieu dépasser leur chronologie familiale et leur vieillissement physique pour célébrer chaque jour le sacrement de mariage comme un éternel recommencement.

L’union sacrée avec Dieu est toujours possible parce qu’il y a entre nous et Dieu une reconnaissance réciproque.

Les Noces nous interpellent à la fois sur nos vœux de baptême mais aussi sur le sacrement de mariage et donc sur la valeur de l’amour conjugal. Acceptons la transformation de l’eau baptismale en vin de noces. Acceptons le choix du mariage communion fraternelle.

Puissent l’homme et la femme, à chaque rencontre, renouveler leur temps de l’alliance, reconnaître le oui de Dieu avec chacun d’entre nous.

Comment réaliser un rêve fou, constituer une communauté fraternelle d’amour afin qu’il n’existe plus de pauvres en amour ?

Le monde nous envoie les images de mort, d’anorexie, de haine de la vie. Sachons y trouver à chaque vue, le visage du lépreux, le visage de l’Innocence.

Si nos sens sont blessés ou troublés, nous pouvons perdre nos repères. Dans nos nuits, gardons une lumière allumée, entendons le pas du bien-aimé qui approche: « Voyez l’époux viens, sortez à sa rencontre. » (Mt. 25, 1-13)

Quel bonheur de s’associer aux œuvres du Seigneur. Mais nous n’y arriverons que par la force et la grâce de Dieu.

L’engagement dans le mariage demande des vues à différents niveaux. Un idéal à partager avec les travaux de tous les jours, unir la femme sacerdotale à l’époux père adoptif.

Quand les enfants agrandissent le cercle familial, il faut conclure une alliance avec soi-même : « Je dois aller jusqu’au bout pour eux. » (ZM)

Retour Table des Matières

 

 

L’annonce du Royaume - oeuvrer pour la conversion du monde

 

« …Jésus les envoya en mission. » (Mt. 10, 5)

 

Louis et Zélie Martin se sont élevés dans la grâce du don familial et ils ont gravi la montagne de Dieu pour habiter celle du Carmel et celle de la Visitation pour contempler leur Christ.

Louis et Zélie apprenez-nous à compter le temps du monde, celui des enfants de Dieu pour le temps du Père. Apprenez-nous à prier Celui qui est la Résurrection et la Vie, le temps et l’éternité.

La grâce du don gratuit ne se comprend pas toujours facilement, elle est temps de Dieu : « Papa venait d’offrir à Dieu un autel, ce fut lui la victime choisie pour y être immolé à l’Agneau sans tache. » (sainte Thérèse - Ms. A, 71 V°)

Louis Martin par ses atteintes physiques et psychiques peut réconforter tant de malades. Nos déchéances peuvent être des paliers pour monter vers Dieu.

Que nos foyers soient bénis : « C’est un saint homme que mon mari, j’en désire un pareil à toutes les femmes. » (ZM)

Que la lumière soit au cœur de nos vies : « Allons ensemble devant le Saint Sacrement remercier le Seigneur des grâces qu’il accorde à notre famille et de l’honneur qu’il nous fait de se choisir des épouses dans ma maison. Oui, le Bon Dieu me fait un grand honneur en me demandant mes enfants. » (LM- P.S.T., p.63)

L’humilité et la confiance. Voilà deux maîtres mots. A eux seuls ils constituent l’école de la perfection chrétienne. A nous d’escalader en douceur la montagne de notre paix.

Zélie Martin a gravi la montagne du calvaire maternel : quatre enfants sont morts. Très vite elle a compris le sens de leurs départs respectifs : « D’abord désirer la vie.»

Quand nous prions pour les autres, nous devons demeurer dans une offrande saine. Disons avec sainte Thérèse : « Mon Dieu, donnez-leur tout ce je désire pour moi. » (TEV, 113)

La famille de sainte Thérèse est un modèle de conversion générale pour le monde d’aujourd’hui. Louis et Zélie Martin furent père et mère de ce grand mystère d’être demeurés enfants de Dieu.

 

Retour Table des Matières

 

La transfiguration - La Mission

 

« De même, je vous le dis, en vérité, si deux d’entre vous, sur la terre, unissent leurs voix pour demander quoi que ce soit, cela leur sera accordé par mon Père qui est aux Cieux. Que deux ou trois en effet, soient réunis en mon Nom, je suis là au milieu d’eux. » Mt.18, 19-20

 

 

« La virginité et le célibat pour le Royaume de Dieu ne diminuent en rien la dignité du mariage, au contraire ils la présupposent et la confirment. Le mariage et la virginité sont les deux manières d’exprimer et de vivre l’unique mystère de l’Alliance de Dieu avec son peuple.» (JP II, Familiaris Consortio nr.16 p.98) qui est la communion d’amour entre Dieu et les hommes.

Un chemin de compassion, d’abandon et de confiance n’est pas à la portée de tous mais il est un choix toujours possible, une construction par étages, une forteresse surprenante où Dieu veut tester notre folie amoureuse.

Tout ce que Zélie Martin a espéré dans la Vierge Marie, sainte Thérèse l’a reçu à travers le Sourire des Buissonnets. Tout ce que Louis Martin avait espéré dans la prêtrise, il l’a reçu par ses enfants et par sainte Thérèse Patronne des Missions et sacristine.

Le mariage de Louis et de Zélie Martin a été doublement stigmatisé dans le corps et dans l’esprit dans le plan posé sur toute la famille par le Père.

Certaines vies s’apparentent à des martyrs d’amour. Car aujourd’hui la mission de la famille relève d’un combat quotidien physique et spirituel.

Lors de son pèlerinage à Rome, Louis Martin exprime à nouveau son désir d’être prêtre : « Là est mon bonheur ». Sa petite Thérèse ramènera une pierre des martyrs du Colisée.

A travers les pèlerinages et la grandeur des paysages, Louis Martin nous aide à comprendre la nature création et fille de Dieu.

Si nous désirons devenir saints, mission à laquelle nous sommes conviés : « Que cela se fasse pour toujours faire plaisir au bon Dieu. »  (ZM)

Il faut savoir pour quoi nous sommes appelés. Parfois au-delà de l’incompréhension, nous ne sommes maîtres de rien : « …le bon Dieu veut que je me repose ailleurs que sur la terre.» (ZM)

L’envoi en mission est don de Dieu : « Une bonne santé, une vie heureuse et le bon paradis à la fin de (tes) jours. » (ZM- C.F, L. 4, P. 17)

Retour Table des Matières

 

 

L’Eucharistie

 

« De même celui qui me mange vivra. » Jn.6, 57

 

 

« Que de grâces le Bon Dieu n’accorde-t-il pas à ceux qui se font un devoir de venir le visiter dans son saint temple autant qu’ils le peuvent. » (Saint Curé d’Ars; S. dédicasse)

Au-delà des troubles et des angoisses, en s’appuyant sur la Vierge au Sourire, Louis et Zélie Martin ont porté leurs offrandes dans la confiance eucharistique toujours habillés du pouvoir sacerdotal du Père des Cieux.

Quel bonheur pour Louis et pour Zélie Martin d’avoir tant espéré de la vie eucharistique. En se mariant à minuit, Noël eucharistique, ils ont signé pour une mission d’incarnation au quotidien.

Toute la souffrance portée par Louis et Zélie Martin se retrouve sublimée dans l’Eucharistie : « Le sacrement de l’Eucharistie opère dans l’homme l’effet que la passion a produit dans le monde. » (sainte Thérèse 3 a pars, qu. 79, art 1)

Recevoir Jésus dans son cœur rend la croix de la souffrance plus légère, la maladie plus supportable.

Les petits frères, Louis Joseph et Louis Jean Baptiste Martin ont été consacrés par leurs parents comme prêtres dans leur communauté familiale.

Pourquoi s’obstiner dans l’orgueil et dans une course à l’argent quand Dieu se fait tout petit dans l’Hostie, qu’Il se donne gratuitement ?

La pauvreté est une image de notre monde. Le Christ a partagé le pain pour la pauvreté du monde et pour que le monde reçoive toute la richesse de sa Miséricorde.

Les biens matériels doivent devenir des moyens de vies. Et nous en sommes les dépositaires. Pensons à saint François et à la grâce de la communion fraternelle où nos biens reçus peuvent être partagés !

S’arrêter pour retrouver le souffle de Dieu est la qualité d’une âme qui recherche la communion éternelle.

Retour Table des Matières

 

 

Mystères Glorieux

 

« Oui, Amen ! C’est moi, l’Alpha et l’Omega, dit le Seigneur Dieu, « Il est, Il était et Il vient », le Maître-de-tout. » Ap. 1, 8

 

La Résurrection

 

« Pourquoi cherchez-vous parmi les morts Celui qui est vivant ? Il n’est pas ici : Il est ressuscité ! » Lc.24, 5-6

 

 

« Bénie sois-tu Vierge Marie, tu vis le Seigneur. L’Esprit Saint te couvre de son ombre, tu accueilles en toi la rosée du ciel. Déjà les temps sont accomplis. Au loin blanchissent les moissons, les habits blancs de ceux qui traversent le Jourdain, terre d’Israël. » (livre des Chroniques)

Une sainte famille peut aux yeux du monde paraître folie dans le choix des « oui ». Pourtant la virginité dans le couple, l’offrande de la fécondité, peuvent débuter un chemin de guérison, voire de résurrection.

Lors de leur mariage, Louis et Zélie Martin se sont offerts leur chasteté mais celle-ci ne pouvait être qu’un germe pour un passage du Jourdain plus beau encore : « Comme un homme épouse une vierge, ton architecte t’épousera, et comme le mari se réjouit de son épouse, ton Dieu se réjouira de toi. » (Is. 62-5)

Les enfants décédés de Louis et de Zélie Martin, comme tous ceux d’une famille, annoncent la résurrection des enfants de Dieu.

« Il est des âmes que Sa Miséricorde ne se lasse pas d’attendre, auxquelles Il ne donne sa lumière que par degrés. » (Ms. 6, 21)

Les âmes du Purgatoire attendent notre prière. Elles nous seront de bien doux relais de prières à notre mort.

Nous sommes appelés à être des fils de lumière. Partir pour cette quête correspond à se décider pour une course pour la vie en Dieu, la vie tout simplement.

Quel bonheur de vivre la Résurrection en enfant prodigue : « Pourvu que j’arrive au Paradis avec mon cher Louis et que je les voie tous bien mieux placés que moi, je serai assez heureuse comme cela, je n’en demande pas davantage.» (ZM)

Ne nous trompons pas de lumière. Celle des artifices du monde et des apparences s’apparente à l’éclat momentané d’un feu d’artifice.

Oui, la nature souffre le second enfantement. Avec la création comprenons le sens de ce nouvel enfantement, cette nouvelle Jérusalem annoncée aux hommes de bonne volonté.

Retour Table des Matières

 

 

 

L’Ascension

 

« Or, tandis qu’il les bénissait, il se sépara d’eux et fut emporté au Ciel. » Lc.24,51

 

« De tes enfants exauce la prière ; Protège-nous, daigne encor nous bénir.

Tu retrouves là-haut notre Mère chérie qui t’avait précédée dans la Sainte Patrie.

Maintenant dans les Cieux vous régnez tous les deux. Veillez sur nous (…)

Maintenant tes enfants t’adressent leur prière

Ils bénissent ta Croix et ta douleur amère !

Sur ton front glorieux rayonnent dans les Cieux, neuf lys en fleur ! » (sainte Thérèse, poésie8)

Toujours espérer et tendre vers l’espérance et désirer ce qui peut nous rendre heureux. Elevons sans cesse nos regards vers le ciel la véritable patrie, appelons de tout notre cœur la cour des saints pour qu’elle nous indique la voie royale.

Louis Martin s’est laissé approcher puis embrasser par Dieu. A son image, laissons-nous approcher par Dieu notre Père qui ne désire qu’une chose, exercer sa paternité pour nous accueillir en fils.

Au-delà d’une vie sans cesse réorientée, au-delà d’une tension vers la sainteté, il faut bien accepter ceci : « Les âmes les plus saintes ne seront parfaites qu’au ciel. » (sainte Thérèse C 28r)

Quelle grâce de pouvoir fléchir les genoux et de s’abaisser pour que Dieu nous prenne. Le nouveau né comme le vieillard doivent bien être portés !

Les petits frères de sainte Thérèse ont été introduits au ciel innocents et prêtres rois. Ils sont le fruit de la consécration familiale.

Nous sommes tellement impatient. Pourquoi s’agiter, vers quoi courrons-nous. Pensons à Louis Martin dans toute sa patience d’horloger, à son épouse dans sa fabrication du point de dentelles ! Pourquoi cette course alors que : « Jésus ne regarde pas au temps puisqu’il n’y en a plus au ciel. Il ne doit regarder qu’à l’amour. » (sainte Thérèse, Acte d’offrande)

Nos nations ont besoin de s’élever dans leur destination de patrie et ce jusqu’à la nouvelle Jérusalem. Prions pour la conversion du monde et la sainteté des nations.

Nos relations dans le monde nous demandent beaucoup de prudence et de discernement. La vraie amitié doit être bâtie sur la pierre et le pardon réciproque.

Offrir, toujours offrir, rendre grâce : « Si le bon Dieu permet que je meure de cela, je tâcherai de prendre mon mal en patience pour diminuer mon Purgatoire. » ZM- C.F., L. 168, p. 309)

Retour Table des Matières

 

 

La Pentecôte

 

« Tous furent alors remplis de l’Esprit Saint. » Ac. 2, 4

 

 

« Le Saint Esprit forma du plus pur sang du cœur de Marie un petit corps, Il l’organisa parfaitement. Dieu créa l’âme la plus parfaite qu’Il eût jamais à créer. La Sagesse Eternelle ou Fils de Dieu s’unit en Vérité de personne à ce corps et à cette âme. » (saint Louis Grignon de Montfort)

Neuf cœurs des anges sont issus du sein maternel de Zélie Martin comme des colombes formées aux creux du Rocher. Voici un cénacle familial où la communion mariale illumina l’espérance maternelle.

A chaque maternité, Zélie Martin demande la consécration pour ses enfants. Remercions le temps caché du sein maternel à l’image du Père.

La prière en famille s’unit à la prière de l’Eglise pour rappeler que toute vie se fait insistante en Dieu par le Cœur du Christ et le chemin de la Vierge Marie.

La sainteté appartient à tous. D’ailleurs combien de saints et de saintes et de saintes familles n’appartiennent-elles pas qu’à Dieu ?

Quand Louis et Zélie Martin créaient le point d’Alençon, ils accompagnaient saint Joseph dans le secret de l’atelier. Quel ravissement pour Dieu quand nos œuvres cachées apparaissent à la lumière.

A l’école de l’Esprit Saint, nous sommes formés dans le secret de l’Espérance. Surtout si nous y souscrivons au-delà de la maladie : « Plus je serai malade, plus j’aurai d’espoir. » (ZM- C.F., L. 193, P. 371)

En parcourant le monde comme le fit Louis Martin, on regarde vers les cimes, on plonge le regard vers le sable du Colisée. Nous appelons par notre amour de la mémoire sacrée, la guérison de notre propre mémoire.

Le pouvoir de guérison appartient au Seigneur. Si la guérison du cœur est accordée nous devons témoigner de la bonté du Seigneur. Si des cicatrices persistent alors qu’elles soient belles à travers notre joie de connaître le Seigneur.

C’est par la grâce de l’Esprit Saint que notre couple peut devenir icône de la sainte Famille et de Dieu. Redécouvrons la grâce des sacrements.

Retour Table des Matières

 

 

L’Assomption de la Vierge Marie

 

« Ainsi, que ceux qui souffrent selon la volonté de Dieu remettent leur âme au fidèle Créateur, en faisant le bien. » P1, 4-13

 

 

« Ces mariages avait tout l’essentiel nécessaire à leur validité. Ils avaient même ces avantages sur les autres de représenter d’une manière plus parfaite l’union chaste toute spirituelle de Jésus Christ avec son Eglise. » (Lettre de Louis Martin à son épouse)

Combien de robes blanches l’homme porte-t-il du baptême au mariage ? Et pourquoi pas la robe blanche à la mort ? « C’est ainsi que le vainqueur portera des vêtements blancs.  Jamais je n’effacerai son nom du livre de la vie. » (AP.3-5)

Nous avons besoins de  pilotes, de gps, d’images de synthèse, alors que tout est en nous.  Nous nous fuyons nous-mêmes parce que nous ne connaissons plus notre appartenance.

La psychologie de l’homme d’aujourd’hui refuse le surnaturel et ne comprend plus que le tout pour l’homme. Avons-nous oublié le temps de l’émerveillement de notre enfance ?

Le bleu du ciel est si profond, le manteau de la Vierge Marie est si enveloppant. Ne nous lassons pas de lever les yeux vers le chemin de la vie.

La guérison de sainte Thérèse par la Vierge au Sourire aux Buissonnets est un témoignage pour notre vie chrétienne. Le sourire nous introduit dans la joie parfaite.

La Vierge Marie est si belle. Son silence fut si grand. Elle savait que l’apostolat de la prière était bien plus élevé que celui de la parole.

La Sainte Vierge est le seul chemin pour retrouver Jésus. En priant les Saints Cœurs de Jésus et de Marie, nous ne pouvons que retrouver les bras du Père.

Ce qui nous entoure et qui fait notre existence sur terre est éphémère : « Tout cela n’est rien…il faut se détacher de la terre et attirer nos pensées vers le Ciel. » (ZM)

Ne craignons pas notre petitesse. Ecoutons Zélie Martin nous parler de ses enfants : « Je prierai la Sainte Vierge que celles (des filles) qu’elle m’a données, soient toutes des saintes et que moi, je les suive de près, mais il faut qu’elles soient meilleures que moi. » (ZM- C.F., L. 147, p. 262)

Retour Table des Matières

 

 

 

Le Couronnement de la Vierge Marie

 

« Viens,… entre, …regarde, …tu sera couronnée. » Ct. 4,8

 

Dans la création des dentelles, dans celle des repas préparés pour tant de bouches, dans l’attention portée pour tous les cadeaux offerts, Zélie Martin fait mémoire du sens et de la valeur du don gratuit et de l’offrande.

Quand l’homme et la femme se reçoivent l’un l’autre pour se sauver mutuellement, ils peuvent recevoir les palmes du vainqueur même si comme pour Zélie Martin, Dieu reprend très tôt le don de la vie. La mort des enfants, la mort de Zélie à quarante ans, était le blé mur tiré du désert : « Je reprendrai mon blé en son temps. » (Osée 2-11)

Avec Zélie Martin, désirons le ciel dans l’amour conjugal.

« Ces mariages avaient tout l’essentiel nécessaire à leur validité.  Ils avaient même ces avantages sur les autres de représenter d’une manière plus parfaite l’union chaste toute spirituelle du Christ avec son Eglise. » (LM)

Quel bonheur d’aimer la Sainte Vierge et de penser au Ciel : « Dieu l’a voulu ainsi dans sa sagesse, pour nous faire souvenir que la terre n’est pas notre vraie patrie. » (ZM- C.F., L. 7, p. 20)

Que de créations dans le point de dentelle ! Zélie Martin travaillait-elle le blanc et la parure pour couvrir la Vierge Marie d’un voile familial ?

La perte d’un enfant termine en quelque sorte une couronne de vie : « C’est surtout à la mort du premier que j’ai senti plus vivement le bonheur d’avoir un enfant au Ciel. Car le bon Dieu m’a prouvé d’une manière sensible qu’il agréait mon sacrifice. » (ZM- C.F., L. 72, p. 124)

Ce n’est qu’au Ciel que nous pourrons comprendre le mystère de la souffrance subie et offerte : « Oui il n’y a que la souffrance qui puisse enfanter des âmes à Jésus. » (sainte Thérèse LT 129)

Le pardon accordé au prochain est un baume pour le Cœur de Jésus. Mais pour cela, nous devons déposer les armes du monde et choisir le glaive qui transperça le Cœur de la Vierge Marie.

Avec la Sainte Vierge, habitons la chambre du Roi. Un Seigneur vivant et présent comme Il l’avait promis.

Retour Table des Matières

 

 

 

Identité familiale

Les parents

Louis Martin :   22-08-1823          
Zélie Martin :   23-12-1831           

Les enfants
Marie : 22-02-1860 
Pauline: 07-09-1861             
Léonie : 03-06-1863             
Hélène : 13-10-1864
Louis Joseph : 20-09-1866
Louis Jean Baptiste : 19-12 1867
Céline : 24-04-1869
Mélanie : 26-08 1870
Sainte Thérèse : 02-01-1873


Couronne de coeur

Prière pour la famille

Dieu, de qui vient toute paternité au ciel et sur la terre, Toi Père, qui es Amour et Vie, fais que sur cette terre, par ton Fils, Jésus- Christ, « né d’une femme », et par l’Esprit Saint, source de charité divine, chaque famille humaine devienne un vrai sanctuaire de la vie et de l’amour pour les générations qui se renouvellent sans cesse.
Que ta grâce oriente les pensées et les actions des époux vers le plus grand bien de leurs familles, de toutes les familles du monde.
Que les jeunes générations trouvent dans la famille un soutien inébranlable qui les rende toujours plus humaines et les fasse croître dans la vérité et dans l’amour.
Que l’amour, affermi par la grâce du sacrement de mariage, soit plus fort que toutes les faiblesses et toutes les crises que connaissent parfois nos familles.
Enfin, nous te le demandons, par l’intercession de la Sainte Famille de Nazareth, qu’en toutes les nations de la terre, l’Église puisse accomplir avec fruit sa mission dans la famille et par la famille.
Toi qui es la Vie, la Vérité et l’Amour, dans l’unité du Fils et du Saint-Esprit. Amen. (Jean-Paul II)

 

Sub tuum praesidium à la Miséricorde Divine

J’ai recours à votre Miséricorde, Dieu clément, qui seul est bon. Malgré ma grande misère et mes innombrables fautes, j’ai confiance en votre Miséricorde, par ce que Vous êtes « le Père des Miséricordes et le Dieu de toute consolation ». On n’a jamais entendu dire ni le Ciel ni la terre ne s’en souviennent qu’un âme confiante en votre Miséricorde ait été abandonnée.

O Dieu de pitié, Vous seul pouvez me justifier ; Vous ne me rejetterez pas, chaque fois que je me rendrai, contrit, à votre Cœur Miséricordieux où nul n’a connu de refus, si grand fût-il. O doux Sauveur, puisque Vous-même avez promis que le Ciel et la terre retourneraient dans le néant plustôt qu’une âme confiante ne dût éprouver votre Miséricorde, faites qu’aucune âme qui s’approche de vous ne parte sans avoir obtenu pardon, consolation et nouvelles grâces en abondance. Amen. (sainte Faustine- Journal, cah.VI, P.39 ; 54)

 

Prière à sainte Rita

Je te salue, vase d’amour, exemple de paix et modèle de toutes les vertus, fidèle disciple de Jésus.

Sainte de la famille et du pardon, aide-nous à croire que tout est possible pour Dieu et aide-nous dans toute nécessité. Amen. (Monastère de Cascia)

 

© chemindemarie.com, le 14 avril 2007 dimanche de la divine Miséricorde

 

 

Toute la grâce du Rosaire à travers une famille d’exception.
Oui, certaines familles sont ou deviennent icônes vivantes de la Sainte Famille.
Oui des familles sont nécessaires pour la conversion du monde.

Retour Table des Matières

 

Placé sur le site le 07 juillet 2007 en la sainte fête de sainte Julienne du Mont Cornillon (Fête-Dieu) et modifié en la fête de tous les Saints 2009

Copyright © 2009 Chemin de Marie
Tous droits réservés.